C-L : PAGE 38


avant je regardais les hommes maintenant je regarde leurs cheveux leurs dents leurs ongles les pores de leur peau quand j’ai croisé leur regard je regarde leur peau je n’attends pas de surprise je ne parle pas des garçons et je ne parle pas des pères je regarde la peau des hommes-clients à l’œil microscopique ils ne sont plus des garçons depuis longtemps ils sont parfois devenus pères mais même devenus pères certains ne le sont pas ils restent coincés hommes-clients ils n’ont pas de peau de klute ils n’ont pas d’odeur de klute car une odeur de klute sort par le col de chemise et le plus souvent sent savon ou lessive et sueur bonne au nez une odeur de klute sent la peau seule mais ces hommes n’arrivent pas à changer de peau ils n’essaient même pas ils sont collés à leur peau d’hommes-clients comme les animaux sont collés à leur peau mais les animaux n’ont pas le choix j’offre le choix à ces hommes maintenant je peux les faire échapper de leur peau maintenant il est certain que ces -clients méritent de mourir il est évident que seule la mort les libérerait je pourrais les y aider

stand-straightStand Straight - 60 euro pièce, 2005 – Le Nouveau Recueil n°56, 2000