LA TAILLE DES HOMMES


j’étais pressée d’en finir ce qui caractérise les jusquauboutistes quand ils n’en peuvent plus j’ai fait ça entre autres avec ‘La Taille des hommes’ ce livre épuisé avant d’avoir vécu des suites de l’union parfaite entre l’ambition urgente que j’avais de m’en débarrasser et le type d’ambition de l’éditeur en généraldans ce mariage malheureux la plupart de mes livres sont restés des livres bien que certains soient à présent pilonnés pour libérer l’argent qu’ils coûtent à n’être qu’en piles dans un hangar mais ‘La Taille’ après avoir subi un abandon aveugle de ma part a continué vers son destin cruel avec une liquidation de l’éditeur une renaissance de l’éditeur la maladie de l’éditeur et elle n’existe plus désormais qu’à l’état de 80 exemplaires dans un carton caché quelque part je ne sais toujours pas oùen toute logique j’aurais dû finir de l’emprisonner ici dans C’EST FINI or j’ai beaucoup tardé et traîné parce que c’est pas fini

c’est aussi à cause de l’espèce de mini rumeur qui l’entoure et qui me perturbe parce que qu’est-ce qui leur a tant plu aux quelques centaines de lecteurs à part le premier monologue qui s’appelle ‘La Taille des hommes’ et où il est fatalement question à un moment de la taille du pénis puis de l’orgasme humain qui si j’en crois les expressions et locutions utilisées pour en parler et même pour m’en parler semblent avoir fait oublier aux qq centaines qu’il s’agit là d’un texte écrit qui ne fait pas que dire bite baise queuele deuxième monologue aussi existe d’avoir été publié à part et lu lu lu en public en dialoguant avec Virginia sauvée de la noyade et dans ce ‘tout ce que je veux’ qui est ma petite tragédie tout le monde rit tout le temps au même endroit sans que je comprenne non plus exactement comment on en est arrivés là – mais il y a dans ce livre quatre autres monologues ils s’appellent ‘Mustang’ ‘Patate Fille’ ‘Non’ et ‘Indiens’ qui ne contiennent ni orgasme ni suicide ni rien que j’aie exhibé en public ce sont des textes tenant le point d’équilibre des monologues droits dans leurs bottes et sans peur mais sans femme morte sans blague et sans bite alors

la-taille

alors je voudrais bien recommencer et rééditer cette taille comme le ver de terre se réédite au printemps grâce à la taupe qui avant de manger son corps durant le dur hiver a pris soin de sectionner sa tête et de la stocker à l’abri du gel de façon qu’il se régénère aux beaux jours et réédite son corps car c’est le corps pas le cerveau du ver que la taupe mange pour qu’une nouvelle publication lui permette de se nourrir à nouveau etc. et je suis la taupe aveuglée et je suis le ver renouvelable je suis ce couple de dessous la terre et nous savons ce que nous savons faire

Virginia-scrute











une lecture pas empressée


‘tout ce que je veux’ chez NON direct
Lucie Clair a lu les monologues pour ‘Le matricule des anges’