TONY S. 01


la série c’est ‘bébène’ – j’emprunte ici ce mot à Anatole quatre ans et demi dont la maman me dit que lorsqu’il a commencé à parler il s’appelait lui-même Tatone – j’emprunte et je préambule qu’aux débuts du cinéma toulmonde parlait du cinéma et qu’ainsi prendre un air pincé ou parler de phénomène de mode c’est risqué pour sa pomme ça fait vite basculer de snob intégriste à réac qui se prive pour des prunes car le cinéma c’est bébène et il y a tout de même pas mal de choses bébènes qui ont été adoptées par toulmonde toudsuite sans être des phénomènes ni des modes le populo n’est pas que cono ce qui aussi est bébène

la série c’est à la maison et c’est toute seule c’est donc pour moi comme le livre – la série a pris de la place au livre qui en avait beaucoup et l’a partagée volontiers – à la maison et toute seule n’ayant pas toujours eu la même signification au fil des années le livre a pu peiner à garder sa place de favori – précisément – le lecteur qui est passé par la série comme avant lui celui qui est allé au cinéma ne peut plus lire comme avant – et celui qui s’est pris les deux dans la face deux fois il ne peut plus – ni lire ni écrire ni vivre comme avant et par quel mystère pourrait-il en être autrement sauf à vouloir rester collé à tout de son passé comme au ventre de sa maman poisson qui dans certaines contrées demande une adhérence si sévère qu’on se retrouve coincé entre sa peau et ses arêtes on se retrouve coincé comme un alevin dans le banc grouillant d’enfants de pauvres on reste emmailloté à vie dans ce filet flottant comme un pauvre cono de baby thon ramené sans cesse à la terre natale ça existe regarde ces empêchés qu’on est

tout est vrai de ce qu’a priori on peut fantasmer du Parrain mais tout est faux de ce qu’on peut fantasmer de Tony Soprano même si par aveuglement on n’a encore vu ni l’un ni l’autre en 2013 – Don Corleone a fini d’asseoir la Mob sur son trône hollywoodien il est notre super thono à tous il lance et tient les rênes du filet maternel il l’étend il l’étend côte Est côte Ouest il nous prend tous dedans il a définitivement quitté la Méditerranée maintenant c’est l’Océan c’est Brando eh oh plus grand ça n’existe pas – Tony Soprano a vu et revu le Parrain mais James Gandolfini son nom en i lui appartient comme à Lorraine Bracco son o ils sont cantonnés à New Jersey c’est pas des stars ça brille pas ça scintille même pas ça concentre pas un siècle en quelques plans ça prend le temps que ça doit c’est une série – Gandolfini et Bracco y tiennent les rôles d’Anthony Soprano et du Dr Jennifer Melfi ça pourrait être toi et moi mais non ça pourrait pas durant 6 saisons 86 épisodes 9 années

ce que dit à celui qui suit la série la relation de Tony dit T. et du docteur Melfi sa psychanalyste ne lui avait jamais été dit avant – tu m’étonnes que ce soit au minimum bébène même Flaubert et Baudelaire auraient suivi avec passion les Sopranos – Freud aussi mais sans l’aide de Scorsese ou de Coppola qui malgré la dépression n’ont pas lâché le ventre de mamma et n’ont rien pu produire d’aussi puissant que ce dialogue entre un patient peu ordinaire et son analyste tous deux Italo-Américains mais pas du même bord – ce qui est en jeu c’est du sérieux – rapport à la mère rapport de la mère rapport sur la mère : passage à l’acte : infanticide-matricide – ventre pauvre de l’Italie du Sud délocalisé en Amérique du Nord tisse non-stop le filet et y perd tout sauf le pognon – perd la raison

j’ai souvent des doutes pénibles comme des trous dans tes meilleures chaussettes sur ce qui motive les masses de mises en scène et les masses de spectateurs de familles de mobsters au cinéma mais je n’ai pas de doute sur les Sopranos et si comme on me le dit Brecht et Sophocle et d’autres m’ont démontré déjà que je me trompe j’en serais très attristée parce que je veux croire qu’on ne peut pas suivre les Sopranos pendant près de 86 heures en ne faisant que jouir de la vue du crime par-dessus l’impossible thérapie de Tony S. – aussi malgré la peine parce que c’est douloureux pour moi de regarder les Sopranos ça me fait mal presque chaque fois même quand par mégarde je ris ça me fait mal je regarde le visage de Tony il a mal lui aussi même quand il rit et pourtant mes origines c’est-à-dire les points de départ là où les ancres ont été levées les ponts coupés les amarres larguées par d’autres avant moi les miennes d’origines ne sont pourtant qu’au nord du sud mais ça m’est douloureux comme si j’étais originée malgré moi sur un rivage de la Méditerranée et que j’avais pu arriver à Ellis Island et qu’au lieu de s’émanciper ma famille petit f avait été maintenue dans une zone de non-droit où tout était maintenu arriéré ce qui n’est pas le cas aussi malgré la peine que j’en ai je reregarde les Sopranos en étant et Tony et la Dr Melfi et sais-tu c’est vrai : impossible à soigner

sauf si on est un boss c’est une chance d’avoir des montées d’angoisse et c’en est une spéciale d’en avoir parce qu’on côtoie sur la durée la vie de ceux qui ont été vraiment serrés dans la pute de filasse à vie – David Chase ex David DeCesare a fait les Sopranos – et nous par ici qu’est-ce qu’on a fait rien du tout – qu’est-ce qu’on a fait de cette perte de raison nous par ici rien du tout – c’est le vague qui nous caractérise nous-par-ici – c’est de n’être peut-être pas partis assez loin – d’avoir donc cru un jour revenir ? – ça a fait de nous moins que des thons des attachés flottants comme le truc entre la canne et le hameçon – des bouées – des indicateurs – passifs et colorés qui vont contre leur gré – qu’est-ce qu’on a fait de quoi que ce soit qu’on vit depuis moins d’un siècle ? – première deuxième troisième génération : rien qui arrive à la belle cheville du Dr Melfi que mate Tony quand il ne veut pas lui exploser la tête – on n’en est même pas à l’épisode pilote du stade anal de conos de ritals

heureusement je crois qu’un petit gars qui se donne un nom de parrain sans avoir aucune origine italienne et déclare que c’est bébène d’avoir bientôt une petite sœur pourra enfin faire quelque chose par ici et je crois que mes racines sont enfin arrachées à 90% et je crois qu’on peut enfin cultiver avec passion et à la maison ce qui n’a pas d’appellation d’origine contrôlée – je crois en Tatone et Tony T. et même en tlv et c’est bébène

Imperioli et Bracco  funerailles de  Gandolfini