LES FERNANDEZ

RONETTE ET MODINE


c’est écrit c’est dit

pourtant pour les artistes c’est plus pratique et c’est bien connu quand leurs modèles posent ils peuvent sublimer et tirer leur coup à la fois et il y en a qui en ont profité pour tomber amoureux et pour le dire il y en a qui ont peint ce qu’ils voyaient et ils ont été plus ou moins vieux ça ne les a pas mis en péril il y en a beaucoup boticelli 65 courbet 58 degas 83 bonnard 80 il y en a des peintures avec dedans les personnes des femmes aimées je dis ça je dis rien je ne pense pas que rodin ait pensé aussi bien que son penseur je ne sais pas comment il a pensé aux femmes mais au lieu d’aller étudier la sculpture de buonarotti 89 à quoi ça servait franchement michelange l’avait déjà inventée il aurait mieux fait de lire ses sonnets voilà voici gala un conseil à rodin de clv je ne sais pas comment il a pensé aux femmes mais je lui en veux il s’y est mis un peu tard rodinet ça dépend des jours où j’écris ce texte ça varie ça varie selon le ciel et la lumière et si fernand est à carrefour contact ou bien en train de dessiner dans la pièce d’à côté c’est multifactoriel selon les jours j’en veux à rodin ou je lui en veux beaucoup j’aimerais que dans toutes les commémorations y compris celle des artistes pas juste des génocides il y ait place pour en vouloir justement à ceux qui ont été maltraitants du genre humain

parce que le travail d’artiste dit figuratif sans figure de vraie personne regardée dedans c’est quoi je ne sais pas

c’est plastique

••••••••••••••••

en artistes je préfère degas je préfère vuillard je préfère courbet je préfère pollock je préfère bonnard je préfère giacometti je préfère soulages je préfère louise bourgeois à part michelange et raphaël à part cette époque à part ce pays les hommes n’ont jamais plus de prénom mais les femmes si on ne peut pas dire bourgeois ni neel je préfère alice neel que je ne connaissais pas avant d’aller à arles avec fernand je préfère van gogh toujours

à la boutique de la fondation vincent van gogh d’arles ils vendent une gomme quand je leur ai dit ne trouvez-vous pas que c’est atroce de vendre ça à la fondation vincent van gogh d’arles ils m’ont répondu madame mais ça c’est les goûts et les couleurs
cette gomme en plastique c’est une oreille

en artistes et dans la vie vraie aussi je préfère ceux qu’on dit malades les fous les désespérés les dépressifs les drogués les retirés tout le catalogue des DSM moi je ne les appelle pas comme ça je les appelle ceux qui y vont

et ce n’est pas parce que je suis un peu tout ça moi-même c’est à cause de ma déjà un peu longue vie où j’ai été forcée de voir que tous ceux qui de la maladie d’être vivants n’ont rien fait d’autre que de cacher ou d’ignorer ou d’écraser les plus fragiles au finale font des œuvres plastiques vides ou alors ils vendent des gommes en forme d’oreille coupée ou beaucoup d’autres choses vides mais très plastiques et très agressives et hyper communicantes ils font pour qui a des yeux pour voir et qui a encore ses oreilles

les enfants morts des camilles
ils n’en ont pas fait de produit dérivé



deux heures avant la lecture de ‘monette et rodine’ au Musée d’Arts de Nantes Fernand Fernandez a lu au Bad Hunter de Nantes puis il a dit

L’armoir à cruels


et ‘Petit-Lynx’ ! on l’a joué à la fin de notre set ‘un-gros-moment-noir’ le 2 décembre au SLPJ à Montreuil