LL : PAGE 96


Nous parlons de pierres et de plantes, la lune n’est qu’à moitié pleine mais sa lumière suffit à nous guider dans les allées entre les cyprès. Mon oncle se tait. J’essaie d’imaginer quinze ans, trente ans de vie de couple, mon oncle parle souvent de l’instant présent d’une manière convaincante pourtant. Les pensées bleues paraissent pourpres, les petites pierres plates qui les entourent se détachent sur la terre en réfléchissant les rayons de lune, il y a une source à l’entrée du cimetière qui fait un bruit de torrent et couvre celui de la grille que mon oncle referme lentement.